Lol

J'ai testé : l'amour

Il n'était pas spécialement beau, ni charismatique, pas vraiment stylé non plus, rien du stéréotype. Il avait son truc à lui, le truc qu'on ne peut pas définir. Entre la banalité et l'indifférence, ce petit rien qui fait toute la différence. Un petit je-ne-sais-quoi qui ne se remarque pas dès la première fois.

Ça a commencé à une soirée, où j'étais lucide bien qu'alcoolisée: "Toi, moi ? Mais tu rêves mec, même pas dans un conte de fée", et c'est comme ça que je me suis retrouvée arroseur arrosé.

J'ai perdu mon inspiration, j'ai arrêté d'être égoïste, j'en ai fini avec mes lamentations, j'ai découvert ce corps préservé par le Christ.

J'ai commencé à penser à deux, à comprendre ce que signifiait être heureux. Les albums nian-nian et montages Kodak à dix pages, j'ai voulu le beurre avant l'argent et mangé beaucoup de fromage. J'ai volé à dix mille, gravi des montagnes, parcouru des îles avant l'été en Bretagne. Intensément bref, comme épisodique, un rêve d'une année à la fin vraiment tragique. 

Il était un peu comme-ci mais pas trop comme ça, il se fichait de tout et surtout de moi. Comme un mirage dans le désert de mon coeur, il est apparu et reparti, me rendant assurément meilleure. 

×