Les orthorexiques, ces gens à abattre !

Recettes flocons davoine 660x400
 
C’est drôle comme aujourd’hui on juge plus quelqu’un qui aime manger sainement que quelqu’un qui aime manger gras, sucré salé, génétiquement modifié. Il faudrait rêver de se rouler dans le Nutella, la crème fraîche et la mousse au chocolat, aller chez Burger K, do Mac, et dire « allez-vous faire » à tous ceux qui mangent des Special K (le dernier des produits sains by the way). Les vegan deviennent les personnes à abattre, contre lesquelles les bouchers portent plainte et les végétariens : des bobos pro-bio hippies psychorigides (mais ça ça a toujours été). On n’a plus envie de les inviter, trop compliqué pour cuisiner, quelle galère d’adapter le menu à tous ces régimes spéciaux : les anti-lactose, anti-viande, sans gluten, flexivores, ces moutons chez lesquels le moindre lavage de cerveau Doctissimo fait effet, qui pensent un peu trop à la planète. Connards de green peaçois.

Si je ne faisais pas attention à ce que je mange, j’emmerderais ceux qui ne font pas comme moi.

J’essaierais de les faire consommer à outrance, je leur dirais "non mais quand même, qu’est-ce qui tourne pas rond chez toi pour pas accepter du chocolat Milka", qu’est-ce que c’est que ces conneries de vouloir arrêter le sucre, les féculents, les additifs, les colorants, ces jolis ingrédients scientifiques qui donnent du goût à nos aliments. "Enfin voyons, Contrex, Taillefine et Weight Wetchers sont aussi des lobbys. La dernière fois, je me suis fait une soirée pizza en buvant de la Contrex, ben tu penses que j’avais perdu 1 gramme le lendemain ?", "Puis tu crois vraiment que ta peau est plus belle depuis que t’as arrêté le lait ?", "Ouais enfin tu sais aujourd’hui si on écoute tout ce qu'on dit, on mange plus rien, parce que tout est cancérigène".

 

À ceux qui veulent faire une diète avant Noël, je répondrais : "mais profite, un kilo de plus, c’est un peu plus de toi ! C’est dans ta tête tout ça. Regarde, moi, j’ai un peu de gras et je vis très bien avec ! Prendre une taille en plus, c’est pas la fin du monde ! Tu prendras l'ascenseur à la place des escaliers, c'est tout". Aux végétariens, j’affirmerais qu’on peut manger les lapins et les chevaux, parce que c’est bon, mais attention, le chien et le chat, ce serait de la triche (salauds d’asiat'), un scandale, parce que quand même, ce sont nos meilleurs amis. Que les porcs aillent crever à l’abattoir, ce ne sont que des porcs après tout et le saucisson c’est trop bon. Mais alors les chevaux, ils rapportent pas suffisamment aux paris dans les hippodromes, autant s’en faire un bon steak !
 

Je considérerais les OGM comme des légendes vénézuéliennes, et penserais que le soja et le tofu sont pour les gens qui cherchent un but à leur existence, une cause à défendre et qui veulent se faire remarquer. D’ailleurs, c’est bien connu, les gens qui aiment les légumes n’ont pas de papilles, ce sont des control freak dégénérés qui se privent par mazochisme. Quand je verrais une assiette colorée à côté de moi à la cantine, ou quelqu’un manger du fromage blanc aux flocons d’avoine au petit dej, je me dirais que cette personne a une vie bien triste et que franchement, elle doit être sacrément frustrée, complexée ou les deux. D’ailleurs, je lui poserais la question en trempant mon pain à la chocolatine dans mon actimel supplément lactose : "mais didonc, ça t’ennuie pas de manger tous les jours la même chose ? Ah ouais parce que moi vraiment ton dej, ça me donne pas du tout envie, je sais pas comment tu fais pour manger ça". Comme j’aurais la science infuse de la bonne bouffe, ben franchement ça me paraîtrait peu ragoutant de la voir se mutiler culinairement chaque jour. À force, quand je descendrais m'empiffrer à la cafét, je lui jetterais un petit regard emprunt de dédain ou de pitié, j'hésite encore, et je lui dirais "bon ben de toute façon je te propose paaaas hein", la laissant à ses trucs de personne-qui-fait-attention.
A midi, au secours haricots, courgettes, carottes et brocolis, je prendrais un bon gras steak frites ketchup mayo ou pâtes carbo double supplément gruyère, selon la petite faim, et je zyeuterais la salade composée de ma voisine en me disant, didonc celle-là qu’est-ce qu’elle se fait chier avec sa poêlée de légumes d'été, elle doit vraiment avoir une vie de merde.

 

2018 les gars, et même plutôt les filles, si t’as pas les fesses de Kim K t’as wallou. Le twin gap est so 2011, maintenant il faut exposer sans filtres sa cellulite et ses vergetures, accepter d'être "la meilleure version de soi-même" et renier tous ces gens qui ont une morphologie 0, entretenue, contrôlée, surveillée ou héréditairement favorable.
Je grignoterais toute la journée, me plaindrais quand même pas mal des kilos accumulés chaque année et accuserais cette société de consommation qui ne fait rien pour nous aider. "Mais de toute façon, on va tous mourir de quelque chose hein, que ce soit ça ou la clope ". Je me moquerais de ces gens qui ne connaissent pas les bonheurs simples de la vie, autrement dit ces gens qui ne boulotent pas entre les repas, ne sont pas chauds pour s’enfiler un pot de Ben&Jerry’s ou se faire une razzia pizza. Ces nanas qui connaissent le nombre de calories dans une clémentine, teeeellement à plaindre !

 

Je ne ferais aucun sport et détesterais le moindre joggeur, athlète, footballeur et autre individu qui n’a rien n’à faire d’autre qu’aller maltraiter son corps dans un marathon, une salle ou un gym-nazes. Parce qu’à ce stade, c’est plus du bien-être. Je mépriserais les gens qui font du fitness, du yoga, des abdos ou autres activités physiques, qui me sembleraient, bien entendu, superficielles. Ces gens sans réelle passion, obsédés par le culte de leur corps, qui feraient mieux de foutre leur balance à la poubelle et de nous lâcher avec leur « balance of life » aussi.
Ces perfectionnistes qui savourent leurs repas par procuration jusqu’au moment du cheat day, cheat meal, cheat-à-ta-perfection-ouais, qui entraîne déchéance, débauche et orgies alimentaires. Ces prosélytes de l’esprit-sain-dans-un-corps-sain qui s’intéressent plus à ce qu’il y a dans leurs assiettes que dans celles de leurs voisins. Ces snobs à part, beaucoup trop centrés sur leur bien-être.
Thé matcha, guarana, graines de chia, oméga 3 seraient pour moi les antibiotiques de ces individus atteints de troubles obsessionnels. Hashtag #healthy #détox (kiss my) #fit #ass. J’aurais tant de peine pour cette partie de la population qui raffole des lentilles, pamplemousses et autres fruits riches en vitaquoi déjà ?

 

Moi être suprême, librement empoisonné, admirable et fier de me pourrir [entre nourrir et pourrir, il n'y a qu'une lettre mais un grand écart en termes de valeurs nutritionnelles] de l'intérieur jusqu'à en contaminer mon âme (encore un truc de psychorigides qui font de la méditation ça). J'affirmerais ma suprématie, en dédaignant tous les régimes alimentaires différents du mien. Moi qui, je l’avoue, si tu pesais ces 5 kilos que je t'incite à prendre, serait la première personne à moquer ta fraîche cellulite apparente et ton double menton.
Je ne pourrais pas dire si la discrimination dont je fais preuve, tel du racisme ordinaire, serait dûe à un manque de volonté ou à un complexe d’infériorité. Peut-être même que l'explication serait juste que "je déconne ! Faut pas être susceptible comme ça, tu fais bien de manger des carottes, ça te rendra plus aimable" !

Et sinon, vous reprendrez bien un peu de chocolat ?